Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 17:37

En venant de Ste Colombe Sur Seine non loin de l'entrée du village Montliot et Courcelles nous repérons une grange en bois qui s'intègre particulièrement bien avec le paysage face au mont Lassois.

 

Nous avions entendu parler d'agriculteurs qui prenaient la décision de s'orienter vers une agriculture biologique dans le Châtillonnais. C'est ainsi que nous avons eu le plaisir de rencontrer Reynald et Laure Bernard qui vont nous conter leur démarche.

 

Le hangar en bois:

 

A propos de cette grange, Bernard nous explique qu'il a choisi le bois comme matériau de construction(matière renouvelable)pour l'aspect esthétique et l'ambiance. Un hangar en tôle provoque beaucoup de condensation.

Le hangar en bois n'a pas cet inconvénient et procure une ambiance plus chaleureuse.

 

Le bâtiment est en fait une stabulation qui abrite des vaches charolaises et limousines pour une productiontraditionnelle de viande. Il faut minimum 3 ans pour qu'une génisse ou un boeuf offre une viande de boucherie de bonne qualité.

Les bêtes sont nourries à l'herbe, au foin et aux céréales produites sur la ferme.

Laure et Reynald souhaitent développer la vente directe de viande en caissette.

Après avoir pris commande, l'abattage est programmé puis la découpe se fait dans un laboratoire agréé à Chaumont pour finalement être proposé en caissette de morceaux diversifiés.

 

Reynald a suivi des informations dispensées par le GIE Zone Verte.

C'est un groupement de vétérinaires homéopathiques basé à Arbois dans le Jura qui conseillent et prennent la défenses des agriculteurs engagés dans le choix d'utiliser le moins de vaccins possibles.

pour soigner son bétail Reynald privilégie l'utilisation d'huiles essentielles et de remèdes homéopathiques.

 

Pour Reynald, c'est un choix délibéré de garder de l'élevage pour maintenir une diversité dans la ferme, fondamentalement il aime le bétail et c'est une complémentarité avec les cultures.

le fumier produit par les animaux est restitué à la terre et permet ains d'améliorer la fertilité des sols, point clé en agriculture biologique.

 

La conversion en bio:

 

Reynald Bernard c'est installé sur la ferme familiale mais pas d'une façon classique.

Il a suivi un enseignement général jusqu'au Bac. Puis durant pendant une année complète il a fréquenté le centre de formation de Fauverney où il a obtenu son brevet d'aptitude agricole et a continué une formation en alternance pour obtenir son BTS.

 

Sa façon de faire résulte du savoir fair de son père, des différents stages qu'il a pratiqué et de sa réflexion personnelle.

 Les problème de travail dans le système conventionnel ont conduit Reynald à un problème de conscience...

 

"chaque année faire les traitements devenaient une corvée. En plus, cela une conséquence sur l'environnement et la santé."

 

L'orientation vers l'agriculture Bio c'est progressivement imposée et ce choix s'est renforcé grâce aux relations amicales avec des agriculteurs engagés dans cette alternative agricole et aux conseils de techniciens de cette filière.

 

Dans le système conventionnel l'agriculteur se trouve de plus en plus intégré.

l'organisme stockeur soumet des contrats de production où l'on garantit l'achat de sa récolte à condition qu'il se fournisse en semences, produits de traitements, engrais etc...

 

Reynald défend son point de vue. Pour lui il ne s'agit pas de prosélytisme, mais il fallait avant tout " être en accord avec lui même".

Pour passer à la conversion Bio le chemin est long, le pas difficile à franchir. Il faut changer ses pratiques, intriduire de nouvelles cultures, accepter la présence de mauvaises herbes, les rendements divisés par 2 ou 3...

et le regard des autres.

 

la conversion a commencé en 2009 et finira en 2012.

 

 

La première partie de la ferme a été convertie sous contrat de 5 ans dans le cadre d'une Mesure Agro Environnementale(MAE). Cette aide à la conversion sert à compenser le manque à gagner: en effet l'agriculteur cultive selon le cahier des charges Bio(zéro pesticide...) et ne pourra vendre son produit avec une certfication Bio qu'à partir de la 3ème année qui suit l'engagement.

Mais ce système d'aide à la conversion a été modifié en 2011, les montants et durée d'aide sont revus à la baisse etoffre moins de visibilité.

 

Les premières surfaces engagées vont être labelliséesBio en 2012. La rotation des cultures se fait sur 7 ou 8 ans  au lieu de 3 à 4 ans en conventionnel. Elle commence généralement par 2-3 ans de légumineuses(luzerne, trèle, sainfoin)(rôle nettoyant et fixation de l'azote de l'air), puis un blé et un épeautre avant de semer des protéagineux(pois, féveroles) ou légumineuses(lentilles) pour une nouvelle fourniture en azote. Ensuite à nouveau un blé ou un triticale avant d'installer une culture ayant peu de besoin en azote tels avoine, tournesol, lin, sarrasin...

 

" Tout n'est pas facile à vivre, mais je ne regrette pas d'être engagé dans cette voie"

 

La boulangerie:

 

Dans un e logique de diversification et de valorisation est née l'idée de fabriquer du pain.

Ce projet se réalise actuellement.

 

Laure a effectué une formation pour apprendre à faire le pain et en juin 2010 elle a obtenu son CAP de boulanger.

En 2010 et 2011 un atelier et un magasin ont été aménagés dans une grange de la ferme

Les travaux vont durer jusqu'au début du mois de septembre. Durant juillet et août, Laure a fabriqué du pain pour affiner ses recettes et se familiariser avec son matériel.

Elle l'a fait tester à ses amis et connaissances afin d'avoir des avis critiques sur son pain.

Un moulin à meule de pierre(type Astrié) permet de produire sur la ferme une farine en gardant le germe du grain.Dans la fabrication industrielle le grain est laminé et le germe est extrait de la farine. Chez Laure, la pâte est pétrie par un pétrin qui imite le brassage à la main. Pour faire lever la pâte, seul du levain est utilisé. La pâteest mise dans une armoire à température constante.

Dans un premier temps Laure vendra son pain sur le marché de Bar sur seine et puis elle ouvrira son magasin deux jours par semaine(mardi et jeudi de 17h00 à 19h30).

un coin de convivialité est prévu à l'intérieur de la boulangerie.

les gens pourront s'asseoir discuter...

 

le nom de son magasin est déjà toute une histoire: il s'appellera les épis d'Antide.

 

On vous racontera tous les secrets que cela peut cacher, à l'occasion lors d'un prochain article.

 

En attendant on peut affirmer que "Bio" qui vient du grec signifie "vie" et que la ferme de Reynald et Laure exprime vraiment la vitalité et la diversité.

 

ble et pains 116

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Bien Vivre à la Campagne et pour cette année le 8 juillet La Fête du Lac de Marcenay
  • : Proposer à nos amis des informations et des réflexions sur l’environnement, notre patrimoine, des adresses sur les bons produits de notre région, la Bourgogne …
  • Contact

Recherche

Archives