Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 16:56
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 11:12
Partager cet article
Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 21:07
alterre-bourgogne
Trames vertes et bleues

Guide pédagogique

Au-delà de la partie théorique "apport de connaissances", le guide pédagogique est constitué de fiches activités adaptées, et classées ci-dessous, en fonction des différents niveaux scolaires.

 

http://www.alterre-bourgogne.org/article.php?laref=252&titre=trames-vertes-et-bleues

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 17:39

Vigie-Nature est un programme de sciences participatives qui consiste à suivre

les espèces communes (faune et flore) à l'échelle nationale, grâce à des réseaux d'observateurs volontaires.

 

pour en savoir plus :

 

http://vigienature.mnhn.fr/

 

 


Partager cet article
Repost0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 21:52
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 11:46

Salut à tous ! Je ne suis pas présentable, paraît-il.

J'ai habité treize ans avec un loup, c'est vous dire.

Chez moi il y a des vaches qui volent, des pierres qui pondent,

des oiseaux que l’on trait et les montagnes de roches voyagent en camion.

Ailleurs je ne sais plus trop bien si les trains partent à l'heure, si les chenilles

chantent ou font du pouce.

Quand il pleut, les arbres explosent en silence.

Je n'ai qu'un bac en rues, en trottoirs, en tavernes, un doctorat d'espoir.  

J'ai pris les mots où ils étaient, dans la bouche et la rue, loin des grammaires,

des dictionnaires et des académies.

J'ai appris à écrire dans les tavernes et les restaurants cheap, sur le skaï des minounes et les toilettes de gare.

J’élève des poules pour pondredes poèmes.

Et même des lapins dont je me sers des oreilles pour capter la parole.

J’écris à grandes pelletées de phrases qui font un bruit de terre en tombant.  

J'écris au fil à plomb. Je me nourris de terre, de pollen, de cailloux.

Je ramasse les virgules dans les armoires aux feuilles et l'eau blanche des songes

dans la paume des rochers.

Je mange les pépins pour renaître en pommier.

Je trace l'étoile du Berger dans la laine encore fraîche.

J'arrache les larmes au cimetière, les minutes à l'horloge.

Je promène un jardin au bout d'un baluchon.

Ce matin je me suis posté pour aller vous rejoindre. Je serai dans l'enveloppe.

La boîte à malle s'est perdue. Le facteur s'est pendu.

La postière est enceinte et ce n'est pas de moi.

J’ai toujours écrit sans savoir comment ni pourquoi.

Je continue pour les mêmes raisons.


Jean-Marc La Frenière

 

 

Sur les autoroutes de la couleur du deuil, les valises de char ont la taille d’un cercueil. L’homme ne rêve plus. Quand il raisonne, sa tête résonne comme une tirelire.

Il y a ceux qui cueillent les fruits mûrs et d’autres des sous noirs, ceux qui bâtissent

des étables et d’autres des prisons, ceux qui jouent à la marelle et d’autres à la guerre, ceux qui tirent à la courte paille et d’autres des oiseaux, ceux qui ouvrent la bouche

pour chanter et d’autres pour mentir. Les masques tombent un à un. J’y mets le feu aux poudres. On n’apprend plus aux enfants à marcher, mais à ramper.

On les oblige à nettoyer leur cage. L’homme est comme ces animaux qu’on mène

à l’abattoir et qui ne mordent plus. Malgré les bungalows et les tours à bureaux,

nous habitons les restes. L’électricité tout comme le pétrole hypothèquent la terre.

J’ai hâte que les camions à bennes transportent la poussière des prisons, les banques démolies, que le chiendent dévore l’asphalte et que les pissenlits mangent le béton par

les racines. J’attends ce temps sans brique ni fanal, sans cadran ni drapeau.

Sans le sou sans pays, j’attends ce temps un carnet à la main, une bêche dans l’autre, un pied dans la marge et l’autre dans la terre. L’âme a faim d’autre chose que du pain.

Il n’est pas normal qu’on se méfie des poignées de main. Et pourtant… Je sais pourquoi pleurent les saules, pourquoi les bêtes ont des crocs, mais je ne sais pas pourquoi les hommes font la guerre. La colonne vertébrale est comme un cran d’arrêt dans le canif

du corps.

 

Je bois l’eau de la nuit pour me rendre invisible, mais je suis qu’une ombre en chemise de nuit que visent les fusils et que mordent les chiens. Du stress à la détente, le sens du monde change selon qu’on ouvre ou qu’on ferme la main. Les eaux qui passent sous le pont clament leur liberté. Certains jours, le vent s’appuie sur mon épaule. Certains autres, il fait claquer les portes et renverse les chaises. Tels des animaux, les nuages de pluie marquent leur territoire en pissant sur le sol. J’ignore ce que j’écris mais j’en connais la route. La fin commence dès le début. Nous avons tous la mort tatouée sur la peau. Entretemps, un cœur se débat dans notre habit de vie. Quand le soleil se couche, des milliers de grains de beauté tatouent la peau du ciel. J’emprunte à la parole

comme la lune sa lumière. Il y a des mots qui se rencontrent et d’autres qui s’évitent,

des phrases qui s’attirent et d’autres qui se fuient. Il n’y a pas d’amour entre la chair et le métal. Un monde en ruines se prépare. Aller sur la lune ne soulage en rien la misère du monde. En plus des tsunamis, des tornades, des ouragans, il y a aussi la guerre.

Les hommes s’entretuent par drones interposés. Avec ce qui reste, je bâtis sur la page

une maison de papier en petits blocs de mots. J’écris le mot haine contre la haine, le mot guerre contre la guerre. Quand j’écris le mot ruche, mon crayon fait son miel dans le zigzag des abeilles. Les syllabes qu’on écrit sont déjà plus qu’un mot. Un mot avec un autre peut devenir un corps, une route, une maison, un homme. Le fruit retourne à sa racine. La pluie remonte vers le ciel. Les métaphores s’affolent dans leur cage en papier.

 

J’avance entre les très beaux jours et les moins beaux, entre l’enfer et le paradis, entre la fleur et le poignard. Les marches qu’on descend sont les mêmes qu’on monte.

Les montres sans aiguilles n’arrêtent pas le temps. Le passé simple ne l’est jamais et le présent est imparfait. Le squelette qui nous porte est celui de la mort.

Quand l’homme a joué l’homme, il s’est perdu au jeu. Devant l’injustice, la haine,

la cruauté, je lâche les mots comme une meute de chiens. Je crie. J’aboie.

Je hurle. La vérité suffoque sous une couche de poussière. Entre vivre et mourir,

seul l’amour a du sens. On se sent petit entre les arbres. On se sent vide entre les édifices. Je préfère le petit au néant, la luciole au néon, le nécessaire au trop plein.

Tant que j’écris, je resterai debout. Je narguerai la mort. On n’invente jamais rien.

Tout existe quelque part. Je me soumets aux mots pour défier la loi.

Un seul quignon de pain, une fleur qui éclot, un chat qui passe comme un ange,

nous invite à la vie.

 

suite suivre :


Jean-Marc Lafrenière sur www.lafreniere&poesie

 


Partager cet article
Repost0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 20:34

pour ceux qui seraient intéressés par ces stages suivez ce lien :

 

www.pratique-arts-chinois.com

 


Partager cet article
Repost0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 20:42

 

 

je vous propose ce lien à suivre:

http://tmb1995-2emepartie.blogspot.com/

 

 

 c'est un lien reposant dans ce monde de tourmantes

 vous découvrirez ce blog comme je l'ai fait


vous y retournerai

 accompagnés de musiques...

 photographies claires comme de l'eau de roche

 reportages, idées de balades

chacun y trouvera son bien-être

un petit clic

c'est mieux...qu'une grande claque !


 


Partager cet article
Repost0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 17:38

BLOG DE BRUNO DIANO

 

www.brunodiano.com


Partager cet article
Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 20:22

voici l'adresse du site qui n'est pas le site officiel du futur parc,

mais qui nous donne un avant goût que sera ce parc en 2012.

Il a été créé en avant première par Pascal Legeard  pour nous faire connaître toutes les richesses naturelles, humaines ou culturelles qui font que ce territoire ne ressemble à aucun autre.

 

www.parc-chatillonnais.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Bien Vivre à la Campagne et pour cette année le 8 juillet La Fête du Lac de Marcenay
  • : Proposer à nos amis des informations et des réflexions sur l’environnement, notre patrimoine, des adresses sur les bons produits de notre région, la Bourgogne …
  • Contact

Recherche

Archives